< Retour

UNE SALLE DE BAINS POUR TOUS

22/09/2017

On parle beaucoup de salle de bains « intergénérationnelle » – c’était même un thème du salon dédié en mars – mais que recouvre cet adjectif et comment se vit cette pièce au quotidien ? Pour répondre nous avons interrogé un bainiste de renom, Dider Vandeputte dont l’enseigne Oniris, installée depuis plus de 30 ans à Boulogne (92) ne pâlit pas. Le débat se pose en termes clairs et, en la matière on peut même dire ce qui s’énonce bien… se conçoit bien.

 
C&B : Quels conseils donnez-vous à ceux qui veulent installer une salle de bains « inter ou multi » générationnelle et que recouvre ce vocable ?
Didier Vandeputte : parmi les clients qui viennent nous voir, il y a ceux qui préparent leur avenir et souhaitent investir dès aujourd’hui – alors qu’ils sont en pleine forme – dans des équipements ingénieux, voire polyvalents, avec lesquels ils vieilliront en toute sécurité et confort. L’installation d’une salle de bains étant un investissement onéreux, autant miser sur la qualité des produits et des prestations.
 

 
C&B – On met en avant la baignoire-douche comme équipement polyvalent répondant à 2 critères de confort réunis. Pour être utilisable par tous les utilisateurs facilement la baignoire à porte est plébiscitée… mais aussi connotée handicap. Comment dépassez-vous ces réticences ?
DV : En proposant un produit élégant, bien intégré dans le décor et confortable ! On reçoit beaucoup de clients qui ont des petits-enfants et souhaite tout simplement disposer d’une douche confortable pour eux-mêmes et d’une baignoire pour le bain des petits. Pour cela, il faut privilégier une dimension confortable de baignoire : L 170 x 80 ou 90 cm de large représente déjà un réel confort. Si la pièce le permet – et selon la taille des utilisateurs – une baignoire de 180 cm de long sera encore mieux ! Les modèles présentant une partie arrondie au droit de la douche (Twinline 1 d’Artweger, Novellini…) offrent encore plus d’espace pour se doucher mais prennent aussi plus de volume dans la pièce.
 

 
C&B – La porte pour une baignoire remplie d’eau ne présentet- elle pas un frein psychologique avec la peur de la fuite ?
DV : Non, car nous travaillons avec Artweger, une marque autrichienne qui ne fait que cela et a une longue expérience de ces produits. Elle les distribuait au départ aux professionnels de la santé mais s’est élargie à tous les particuliers intéressés via un réseau de bainistes, encore peu nombreux il est vrai. Mais les clients qui poussent la porte d’un bainiste s’attendent à trouver du service et du sérieux, pas du made in China. C’est une relation de confiance que l’on a et on serait les premiers à se rendre compte de notre erreur s’ils reviennent mécontents. Donc, on sélectionne la qualité mais cela ne veut pas dire que les produits d’autres marques reconnues ne sont pas fiables.
 

 
C&B – L’idéal restant de scinder les deux postes, bain ET douche, l’option à l’italienne pour cette dernière est-elle toujours la plus retenue ?
DV : Plus que jamais ! De plain-pied, concevable sur mesure ou presque et dans des dimensions plus que confortables, la douche à l’italienne reste un must du confort. Et pour ceux qui n’aiment pas le carrelage, la solution des panneaux muraux assortis au receveur représente un excellent compromis. La marque Ambiance Bain, avec laquelle nous travaillons depuis longtemps, a conçu Waterconcept (receveur et panneaux identiques en béton de synthèse) il y a déjà plusieurs années. Un succès pas démenti et qui a fait des émules. Rapide à poser, ajustable, prêt à utiliser très vite, c’est une réelle alternative au carrelage.
 

 
C&B – Pour les autres postes de la salle de bains, quels conseils donneriez-vous car il existe des produits spécifiques ajustables en hauteur ; est-ce une option retenue par les particuliers ?
DV : Non, mais peut être aussi par méconnaissance de ces produits assez peu répandus. Par ailleurs, il vaut mieux ajuster les lavabos et vasques à bonne hauteur des usagers principaux adultes et proposer des rehausseurs aux plus petits… qui vont grandir. De même pour les toilettes : montée sur un bâti-support, la cuvette des toilettes s’ajuste à la hauteur souhaitée par les usagers, et la population grandissant c’est la meilleure réponse au confort de chacun.
 

 
C&B – Du côté des meubles avez-vous des préconisations à faire en matière d’ergonomie ?
DV : Il faut les placer là encore à hauteur des usagers principaux, et plutôt plus haut que plus bas, afin d’éviter de se courber pour se laver les dents. Quant aux façades de tiroirs ou d’armoires, l’ouverture push-lash est très design car elle laisse les façades lisses mais elle induit aussi des traces de doigts sur les façades… pas toujours propres ! Et sur les grands tiroirs chargés ou les armoires hautes, il faut accompagner la fermeture. L’ouverture qui offre le meilleur compromis est la prise de main encastrée dans la porte : design, elle est facile à manipuler sans laisser de traces. Les poignées longues sont aussi pratiques pour la manipulation d’autant que les fabricants en proposent de fort élégantes. Sur les grandes armoires, je propose parfois des ouvertures assistées électriquement comme pour les grands coulissants de cuisine. Un vrai confort qui n’est pas usurpé et auquel on s’habitue bien.
 

Politique d’utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement.