< Retour

Samo : folle sarabande de lignes… et de matériaux

04/09/2019

Tout en lignes droites, courbes et brisées, cette réalisation, graphique en diable, met en scène – et en valeur – des matériaux aussi variés que la laque mate soyeuse, le chêne noueux ou encore le Dekton. Le résultat : un tableau enlevé, joyeux, et dont l’équipement ferait pâlir de jalousie un maître-queux professionnel.

On remarque, au premier regard, cette superposition de surfaces planes – la table et le coffrage au plafond accueillant l’éclairage – qui, sur deux niveaux différents, forment comme un angle droit et donnent un avant-goût de cette cuisine en tout point épique.

Les journalistes multiplient, dans leurs papiers, les intertitres et les inserts pour offrir au lecteur différents niveaux de lectures et susciter son intérêt ; certains compositeurs de talent savent, quant à eux, jouer des contrastes entre cordes graves et aigües pour relancer le discours musical…

Si l’ensemble peut paraître, aux yeux non avertis, un peu hétéroclite, il n’en est rien : à la manière d’un tableau de Bruegel, la cuisine dévoile, à chaque fois qu’on la contemple à nouveau, un détail de conception intéressant et ingénieux.

Il en va un peu de même pour cette cuisine qui, pareille à une symphonie maîtrisée ou à un article « bien troussé », tient le public en haleine. Succession ininterrompue de lignes horizontales et verticales, de courbes, de décaissés ou encore de jeux de niveaux, elle semble constamment en mouvement. Le rythme est haletant, l’agencement dynamique… et le résultat très réussi.

Alternance de niveaux et de profondeurs, le bout de l’îlot, dans lequel est enchâssé le bac à fleurs crée, aux yeux des esthètes, un véritable Rubik’s Cube : sculptural !

Laissez votre regard vagabonder dans la cuisine…

Il faudrait d’ailleurs, pour brosser de cette dernière un portrait digne de ce nom, plus de pages que nous ne pouvons lui en consacrer. Pour l’apprécier à sa juste valeur, laissez simplement votre regard vagabonder… au détour du meuble à mi-hauteur qui dissimule le plan en L, par exemple ; ou encore le long du bloc armoire intégré en saillie.

L’aménagement de la crédence, finition miroir, se révèle des plus pratiques ; des rails accueillent différents contenants réservés au sopalin, aux épices ou encore aux condiments. On remarque également l’effet de symétrie que créent les deux éléments suspendus dotés de façades en verre, et flanquant les niches ouvertes. À noter enfin, l’électroménager haut de gamme intégré dans le bloc armoire, tel le four vapeur haute pression, et dont les lignes courbes viennent adoucir le tableau.

Asseyez-vous à la table à manger qui, posée sur le plan de travail, semble en lévitation… Ou humez le parfum des fleurs qu’accueille le bac enchâssé dans l’îlot. Laissez-vous enfin entraîner dans cette sarabande de matériaux – ici une laque mate soyeuse, là un placage de chêne noueux, là encore un Dekton de style industriel – et appréciez-en les contrastes. La magie, dans cette cuisine, ne se lit pas : elle se vit !

Julien Launay – Samo 

L’idée était de sortir du banal plan en L ou du seul linéaire ; proposer une conception à nulle autre semblable, en somme, et qui se distingue tant en terme d’esthétique que d’agencement… Tout en répondant aux besoins des utilisateurs.

Fiche technique

Conception et réalisation : Samo.  Cuisine next125

Modèle NX 510 et NX 620. Façades en en laque mate soyeuse, finition sable, et en placage de chêne noueux brossé. Plan de travail et crédence en Dekton Trilium. Aménagement next125 cube, finition miroir, en crédence. Évier et mitigeur Bradano. Four, four à vapeur haute pression, lave-vaisselle et cave à vin Miele. Table à induction avec hotte intégrée Bora. Réfrigérateur LG. Au sol, carrelage effet parquet.

Politique d’utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement.