< Retour

Affaire Alno : l’administrateur judiciaire cherche des investisseurs

07/09/2017

Martin Hörmann a clairement fait savoir que l’objectif est désormais de retrouver un climat apaisé au sein de l’entreprise, afin de la rendre attractive aux yeux d’éventuels investisseurs.

 

 

Dans le cadre de la procédure d’insolvabilité, l’entreprise appartient aux créanciers. 

On ne saurait être plus clair… Selon un article publié par le Swäbische Zeitung le mercredi 6 septembre, l’administrateur judiciaire, en charge de veiller aux intérêts d’Alno et des créanciers dans le cadre de la « procédure d’insolvabilité » dont fait l’objet le groupe, a sifflé la fin de la récré : les polémiques récentes qui ont fait, ces dernières semaines, les gros titres en Allemagne, doivent cesser, afin que le redressement judiciaire puisse être mené sereinement.
 
VOIR AUSSI : L’affaire Alno, une véritable saga !  
 
Toujours selon le quotidien allemand, M. Hörmann considère que les deux acteurs qui se sont affrontés dans ce dossier – l’actionnaire principal Tahoe et la société d’investissement First EPA – n’exercent à ce jour plus d’influence, dans la mesure où le groupe a renoncé de sa propre initiative, la semaine dernière, au statut d’auto-administration dont il bénéficiait jusqu’alors dans le cadre de son redressement judiciaire.
Nommé par le tribunal administrateur judiciaire du fabricant de cuisines allemand, Marin Hörmann est désormais décisionnaire, et ses priorités sont toutes autres que d’arbitrer les récentes querelles qui ont fait l’actualité ces derniers temps.

Nous devons désormais trouver des investisseurs intéressés par l’entreprise. Celui qui fera l’offre la plus attrayante vis-à-vis des créanciers gagnera les enchères, c’est-à-dire Alno.

 
Pour ce faire, l’administrateur cherche à créer un climat serein et apaisé au sein de l’entreprise : l’objectif premier est de regagner la confiance des partenaires – notamment des distributeurs – qui, depuis le début de l’année, ont eu à souffrir de commandes tardives ou incomplètes.
 

 
Les semaines à venir devraient donc se révéler décisives quant à l’avenir d’Alno ; elles détermineront si le fabricant parvient à maîtriser à nouveau sa production, gagner la confiance des clients et trouver un investisseur. Dans les colonnes du Swäbische Zeitung, Martin Hörmann, pour sa part, s’est montré optimiste mais lucide quant aux perspectives d’avenir.

Nous espérons trouver un ou plusieurs investisseurs dans un futur proche. Les salaires seront payés par l’administration dans le cadre du redressement judiciaire jusqu’à fin septembre. Après quoi l’entreprise devra elle-même les prendre en charge .

 
 
 
 

Politique d’utilisation des cookies

Ce site utilise des cookies de Google Analytics, ces cookies nous aident à identifier le contenu qui vous intéresse le plus ainsi qu'à repérer certains dysfonctionnement.